Comment bien choisir sa monture équatoriale ?

EQ1, EQ3-2, EQ5, HEQ5… Tous ces noms de montures équatoriales vous sont familiers. Mais vous ignorez quelles sont leurs différences. Et surtout comment bien choisir votre monture.

Ça tombe bien ! On va voir ensemble tout ce qu’il y a à savoir sur ces montures équatoriales…

Et surtout laquelle choisir en fonction de votre pratique et de votre tube.

Mais avant de voir tout ça… Ici, on va considérer que vous connaissez déjà le principe des montures équatoriales.

Si ce n’est pas le cas, n’hésitez pas à aller voir notre article sur le fonctionnement d’une monture équatoriale. Vous aurez toutes les infos nécessaires pour bien comprendre cet article.

Et si les montures équatoriales n’ont déjà plus de secrets pour vous… Commençons par faire un tour rapide des différents modèles.

(Les montures de chez Skywatcher étant les plus répandues, ce sont elles que nous allons vous présenter.)

Les différents modèles de montures équatoriales

EQ2, EQ3-2, NEQ5, EQ5…

Il est facile de se perdre parmi tous ces noms. D’autant plus que certains d’entre eux désignent en réalité la même monture !

Mais rassurez-vous, vous allez voir que finalement, ce n’est pas si compliqué que ça. Il suffit d’avoir les bonnes informations !

Tout d’abord, on distingue deux principaux types de montures équatoriales : les manuelles et les motorisées.

Dans la gamme de chez Skywatcher, les montures motorisées sont désignées par le terme « Pro« .

Ces montures, en plus de posséder des moteurs sur leurs deux axes (ascension droite et déclinaison) sont équipées d’un GoTo.

Il s’agit d’un système permettant de pointer automatiquement les astres à l’aide d’une raquette.

Comme nous allons le voir par la suite, il est possible de rajouter ce système sur certaines montures. Cela se fait grâce à des kits vendus séparément.

Ensuite, il faut savoir que la principale différence entre toutes ces montures, c’est leur capacité de charge.

Comprenez le poids maximum que peut supporter votre monture. Plus on monte dans la gamme, plus la monture pourra supporter un gros tube.

Maintenant que vous avez ces deux principales infos, voyons les différents modèles dans le détail.

Les montures manuelles

Il y en a 4 en tout. Ce sont les :

  • EQ1
  • EQ2
  • EQ3-2
  • NEQ5

Commençons d’abord par la EQ1 et la EQ2.

EQ1 et EQ2 : les plus petits modèles

Ce sont les plus basiques. La EQ1 possède une capacité de charge de 3 kg et la EQ2 de 4 kg.

Elles sont souvent vendues directement avec les petits tubes de la marque Skywatcher.

Ces deux montures peuvent accueillir un moteur sur un seul axe : l’axe d’ascension droite.

Ce qui signifie que vous ne pourrez pas avoir de GoTo dessus, même avec un kit.

Mais cela permet néanmoins de compenser la rotation de la Terre (avec une bonne mise en station).
Et donc de garder l’astre dans votre oculaire lorsque vous observez.

Autre particularité, elles sont toutes les deux vendues sur trépied en aluminium.

EQ1 vs EQ2

C’est léger, mais c’est surtout assez peu stable. C’est d’ailleurs le principal problème de ces deux montures. Elles manquent cruellement de stabilité.

Il arrive ainsi par exemple que votre télescope continue à bouger après que vous ayez pourtant resserré les axes.

Dernière caractéristique de ces deux modèles : les manettes de réglage fin.

L’EQ1 et l’EQ2 possèdent toutes les deux des tiges flexibles pour le réglage fin. Ces manettes permettent de bouger lentement les deux axes pour suivre un astre ou le centrer dans l’oculaire.

(Ce réglage est également disponible sur les modèles suivants, mais plus sous la même forme.)

Passons maintenant à l’EQ3-2 et la NEQ5.

EQ3-2 et NEQ5

Tout d’abord, ces deux montures peuvent accueillir une motorisation sur leurs deux axes.

Et si vous avez bien suivi, ça signifie qu’elles peuvent avoir le GoTo !

Autre changement, sur l’EQ3-2 les flexibles de réglage fin sont plus solides. Et sur la NEQ5 ils sont remplacés par des petites molettes.

Elles disposent également d’un emplacement pour accueillir un viseur polaire (qui n’est en revanche pas fourni).

viseur polaire EQ3

Et bien sûr, leurs capacités de charge respectives augmentent. 5 kg pour l’EQ3-2 et 10 kg pour la NEQ5.

L’EQ3-2 est vendue avec un trépied en alu (le même que l’EQ1 et 2) ou en acier (plus stable, c’est le même que sur la NEQ5).

Il est également possible d’acheter le trépied en acier seul par la suite.

trépied acier Skywatcher

Elles sont bien plus stables que leurs sœurs EQ1 et 2.

Avant de passer à la suite, je m’arrête ici quelques instants sur le nom de ces deux montures.

Certains d’entre vous se demandent peut-être quelle est la différence entre une EQ3, une EQ3-2 et une NEQ3-2… Ou bien encore entre la EQ5 et la NEQ5.

Ne cherchez pas il n’y en a pas ! En réalité, l’EQ3-2 et la NEQ5 sont les nouveaux noms de l’EQ3 et de l’EQ5.

Ce sont des améliorations de leurs ancêtres qui ne sont plus commercialisées. (Certaines boutiques utilisent encore les anciens noms.)

En résumé :

  • EQ3 = EQ3-2 = NEQ3 = NEQ3-2
  • EQ5 = NEQ5

On a fait le tour des 4 modèles non motorisés, voyons maintenant les montures équipées de moteurs.

Les montures motorisées

Comme nous l’avons vu précédemment, les montures motorisées sont reconnaissables au terme « Pro » présent dans leur nom.

Voici la (longue) liste de ces modèles :

  • EQ3 Pro (ou NEQ3 Pro)
  • EQ5 Pro (ou NEQ5 Pro)
  • EQM35 Pro
  • HEQ5 Pro
  • AZ EQ5 Pro (plus commercialisée)
  • EQ6 Pro
  • EQ6 R Pro
  • AZ EQ6 Pro
  • EQ8

Pas évident de choisir une monture équatoriale parmi tous ces modèles !

Mais pas de panique, on va voir en détail les caractéristiques de chacun d’eux.

On commence tout de suite avec les deux premières l’EQ3 Pro et l’EQ5 Pro (ou NEQ3 et NEQ5 Pro).

L’EQ3 et l’EQ5 Pro : de bonnes montures équatoriales pour débuter

Ces deux montures équatoriales sont idéales pour les tubes de diamètres moyens.

Et elles permettent également de s’initier tranquillement à l’astrophotographie. Sans avoir besoin d’investir dans une énorme monture.

Avec une capacité de charge de 5,5 kg pour l’EQ3 Pro et 9 kg pour l’EQ5 Pro, elles peuvent accueillir respectivement un tube jusqu’à 150 mm de diamètre et 200 mm.

Comme sa cousine non motorisée, l’EQ3 Pro est vendue soit avec un trépied en aluminium soit en acier.

L’EQ5 Pro est elle vendue sur trépied en acier.

Comme l’EQ3-2 et la NEQ5, elles disposent d’un emplacement pour le viseur polaire. Mais celui-ci n’est pas inclus.

Enfin, sur les deux modèles, les moteurs sont apparents.

EQ3 Pro vs EQ5 Pro

Passons maintenant à l’EQM35 !

L’EQM35 : une monture équatoriale particulière

L’EQM35 est un mixte entre plusieurs montures.

Avec ses 4 kg, elle est presque aussi légère qu’une EQ3 Pro

Mais propose une capacité de charge de 10 kg ! Soit l’équivalent d’une EQ5 Pro, avec un suivi aussi bon qu’une HEQ5.

Et ce n’est pas tout…

La plus grande particularité de cette monture, est sa modularité. Elle peut en effet se transformer en monture de voyage !

Son module de déclinaison est amovible et peut facilement être retiré. La monture pèse alors seulement 3 kg et est facilement transportable.

Elle devient ainsi une monture photo et s’utilise comme la Star Adventurer.

Comme sur l’EQ3 et l’EQ5 Pro, les moteurs sont visibles. En revanche, cette fois, le viseur polaire est fourni et elle est vendue sur trépied en acier.

Monture équatoriale EQM35

Les montures équatoriales avancées : l’HEQ5 Pro et l’EQ6

Cette fois ça y est, on commence à aller du côté des grosses montures !

L’HEQ5 Pro et l’EQ6 Pro sont vraiment dédiées à l’astrophotographie.

Ces deux montures sont d’ailleurs équipées d’un viseur polaire et vendues sur trépied en acier. Autre petite nouveauté : les moteurs sont cachés !

EQ6 R Pro vs HEQ5 Pro

Côté capacité de charge, l’HEQ5 Pro supporte jusqu’à 13 kg. De quoi accueillir des tubes assez gros.

En ce qui concerne l’EQ6 Pro, elle se décline en deux modèles : l’EQ6 Pro (ou NEQ6 Pro) et l’EQ6 R Pro.

L’EQ6 R Pro est en fait une évolution de l’EQ6 Pro. Parmi les différences notables entre ces deux modèles, le poids et la capacité de charge. Ces derniers sont un peu améliorés sur l’EQ6 R.

Elle pèse ainsi 3 kg de moins (17 kg) que sa sœur pour une capacité de charge de 20 kg (contre 19 kg pour l’EQ6).

Autre différence, là où l’EQ6 permettait de trouver un peu plus de 13 000 astres, la raquette de l’EQ6 R en propose presque 43 000.

Enfin, l’EQ6 R présente un nouveau design et surtout, elle dispose d’une poignée. Pas mal pour transporter ses 17 kg facilement.

Monture équatoriale EQ6 R Pro

Ces trois montures s’adressent vraiment aux astrophotographes. Ou aux astronomes possédant des gros tubes !

L’EQ8 : une monture équatoriale pour poste fixe

Grande sœur de l’EQ6, l’EQ8 est un monstre. Capable de supporter jusqu’à 50 kg, cette monture est dédiée aux postes fixes.

C’est-à-dire qu’elle est conçue pour être installée à un endroit et y rester.

En même temps avec ses 26 kg, plus le poids du trépied (29 kg), on n’a pas trop envie de la déplacer tous les jours !

Monture équatoriale EQ8

Il existe deux versions de cette monture : l’EQ8 R et l’EQ8 RH.

L’EQ8 RH possède les mêmes caractéristiques que sa collègue. Mais elle possède en plus un encodeur permettant de corriger l’erreur périodique en temps réel.

Pour faire simple, ça signifie qu’elle permet un suivi ultra précis, sans avoir besoin d’un système d’autoguidage.

Par ailleurs, pas de viseur polaire inclus ici. L’alignement se fait via un logiciel.

Il est toutefois possible d’ajouter un viseur polaire si on le souhaite.

Vous l’aurez compris, ces montures ne sont pas faites pour n’importe quelle utilisation. Elles répondent à un besoin très spécifique.

Pour les astronomes qui souhaitent avoir un mini-observatoire à domicile… Ou ceux qui possèdent un très gros tube, comme celui-ci :

On termine notre tour avec deux montures un peu spéciales…

Les montures hybrides : AZ-EQ5 et AZ-EQ6

Ce type de montures particulier combine à la fois le système azimutal et équatorial.

Cela permet de retrouver le confort d’une monture azimutale en visuel (avec les mouvements intuitifs).

Tout en gardant la possibilité de faire de l’astrophotographie.

Elles permettent également le support de deux tubes en simultanée en mode azimutal.

AZ-EQ6 en mode azimutal

À noter que l’AZ-EQ5 n’est plus commercialisée depuis 2019. On en trouve cependant encore dans certains magasins. Celle-ci a une capacité de charge de 15 kg.

Quant à l’AZ-EQ6, elle supporte un poids de 20kg et est vendue sur trépied en acier. Comme sur l’EQ6, le viseur polaire est inclus (contrairement à l’AZ-EQ5) et les moteurs sont cachés.

Nous avons maintenant terminé notre tour des montures de chez Skywatcher !

Avant de vous aider à bien choisir votre monture équatoriale…

Arrêtons-nous quelques instants sur les autres modèles.

Les autres montures

Si les montures de la marque Skywatcher sont les plus connues et les plus courantes…

Il existe bien sûr d’autres montures équivalentes chez d’autres marques…

Parmi ces marques alternatives, on trouve les montures iOptron.

Monture GEM28 iOptron

Ces dernières sont assez chères par rapport à leurs cousines de chez Skywatcher…

Mais pour une bonne raison !

Elles sont optimisées pour les astronomes nomades. C’est-à-dire que leur rapport poids/capacité de charge est très bon.

Elles sont donc facilement transportables, tout en offrant malgré tout la possibilité de soutenir de gros tubes.

Elles sont par ailleurs de très bonne qualité.

Alors si vous êtes amené à vous déplacer souvent… Ou que vous n’avez pas envie de vous encombrer avec une grosse monture très lourde.

(Et que votre budget vous le permet…)

Les monture iOptron peuvent être une bonne alternative.

Quelle monture équatoriale choisir ?

Maintenant que vous êtes incollables sur les différents modèles, il est temps de voir comment choisir sa monture équatoriale.

Le critère le plus important à prendre en compte, c’est la capacité de charge.

Premiers critères : capacité de charge et type de pratique

En effet, en fonction du poids de votre tube, vous n’allez pas pouvoir choisir n’importe quelle monture équatoriale.

Celle-ci doit pouvoir supporter votre tube.

Ensuite, cela dépend également de votre pratique. Si vous faites uniquement de l’observation, la règle est simple. Le poids de votre tube (+ tous les accessoires) ne doit pas dépasser la capacité de charge de la monture.

En revanche, si vous voulez faire de l’astrophoto, le poids total (tube + accessoires) ne doit pas dépasser 2/3 de la capacité de charge de la monture.

Ceci afin de s’assurer que les moteurs ne sont pas trop sollicités et de pouvoir vous fournir un bon suivi des astres.

Vous devez donc vous assurez d’avoir une capacité de charge suffisamment élevée dès le départ.

De même, là où pour l’observation, la motorisation n’est pas obligatoire…

Pour l’astrophotographie, il est nécessaire de pouvoir suivre l’astre avec des moteurs.

Soit en rajoutant des moteurs sur les deux axes, sur les petites montures. Soit en optant directement pour une monture motorisée.

Choisir sa monture équatoriale en fonction de sa stabilité

Enfin, dernier critère : la solidité et la stabilité.

Si vous avez un petit tube, vous n’avez pas forcément besoin d’investir dans une grosse monture.

Néanmoins, le manque de solidité et de stabilité des EQ1 et 2 peut vite devenir un problème.

La moindre petite secousse peut faire bouger le télescope, et ce même quand les axes sont serrés.

Et c’est très désagréable de passer son temps à recentrer l’astre parce qu’on a bougé un tout petit peu et que ça a tout décalé.

Cela rajoute d’ailleurs de la complexité pour manipuler le télescope et trouver les astres. Et quand on débute, bah c’est pas terrible.

Donc si vous en avez la possibilité, choisissez plutôt une EQ3-2 ou supérieure. Elle sera plus agréable à manipuler et également plus évolutive.

Parce que peut-être que vous aurez envie de changer de tube pour un diamètre supérieur. Et qui dit tube plus gros, dit plus lourd.

Et donc votre monture ne pourra plus supporter ce nouveau tube.

D’où l’intérêt de prendre une monture un peu plus polyvalente dès le départ. Cela évite de devoir changer le tube + la monture.

Voilà j’espère que cet article vous aura aidé à mieux comprendre les modèles de montures équatoriales.

Si vous hésitez encore, rendez-vous dans un prochain article consacré au choix entre une monture équatoriale manuelle ou motorisée.

Et sinon, pensez à cliquer sur les différents liens (ou vous balader directement sur le blog) pour découvrir d’autres articles (et vidéos) sur les télescopes et l’astronomie amateur !

Mais surtout n’oubliez pas, gardez la tête dans les étoiles 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.