Intervallomètre en astrophotographie : pourquoi et comment l’utiliser ?

L’intervallomètre est un accessoire indispensable en astrophoto.

Mais alors à quoi ça sert…

Et surtout comment on s’en sert

C’est ce qu’on va voir ensemble dans cet article.

Et on commence tout de suite par quelques explications sur l’utilité d’un intervallomètre en astrophoto.

À quoi sert un intervallomètre en astrophoto ?

Un intervallomètre sert principalement à deux choses.

La première, c’est de pouvoir déclencher des photos à distance sans appuyer sur le déclencheur directement sur l’APN.

D’abord, parce que cela évite de devoir rester à côté de l’APN pour appuyer à chaque fois. Ce qui n’est pas forcément très pratique.

Mais surtout, parce que si on appuie manuellement sur le déclencheur, ça fait tout trembler.
Et ça va donc détériorer la qualité de votre photo.

Alors, vous pouvez aussi simplement utiliser une télécommande pour déclencher vos photos à distance et éviter les tremblements.

Mais le deuxième intérêt de l’intervallomètre, c’est de pouvoir programmer des séries de photos.

Quand on fait une session astrophoto, la plupart du temps, on ne va pas juste prendre un cliché. En fait, on va en prendre des dizaines, voire même des centaines.

M42

Et après, on va les empiler et faire tout un traitement pour améliorer notre photo finale.

Donc si vous n’avez pas d’intervallomètre…
Avec une télécommande vous allez pouvoir éviter les tremblements en déclenchant à distance.

Mais par contre, il faudra que vous appuyiez sur le bouton manuellement à chaque fois pour déclencher une photo.

Ça veut dire que si vous faites un shooting de 3h et des centaines de photos, disons de 1 minute de temps de pose…
Vous allez devoir rester à côté de votre télescope et appuyer toutes les minutes pour prendre une photo.

Vous vous en doutez, c’est un peu (beaucoup) fastidieux !

Alors qu’avec l’intervallomètre, vous allez pouvoir tout simplement programmer votre session de shooting.

Pour qu’il gère tout seul le déclenchement des clichés.

Et une fois que c’est fait, vous allez pouvoir rentrer au chaud, devant Netflix…
Ou simplement profiter des étoiles dehors.

Sans avoir à appuyer sans arrêt pour prendre les clichés.

Maintenant qu’on a vu à quoi servait un intervallomètre en astrophotographie…

On va voir concrètement comment ça fonctionne !

Comment fonctionne un intervallomètre ?

L’intervallomètre, va vous permettre de programmer plusieurs choses :

  • le nombre de clichés de la séquence
  • le temps de pose pour chaque cliché
  • le délai entre chaque cliché
  • le délai avant le début de la séquence

Certains modèles d’intervallomètres peuvent proposer des fonctionnalités plus avancées.
Mais de base, ce sont ces 4 réglages-là qui vont nous servir pour programmer nos sessions.

Alors comment on fait pour programmer tout ça ?

Évidemment, la première étape, ça va être de connecter l’intervallomètre à l’APN.

Ensuite, on a deux choix, soit on déclenche simplement une photo…
(Puisqu’on peut aussi juste se servir de l’intervallomètre pour déclencher manuellement les photos à distance.)

Soit on lance tout un programme de plusieurs séquences de photos.

Déclencher une photo à distance avec un intervallomètre

Pour déclencher une photo à distance, c’est simple.
Il suffit d’appuyer sur le bouton de déclenchement.

(Généralement ça va être un gros bouton au centre de l’intervallomètre).

intervallomètre bouton déclencheur

De la même manière que si vous preniez une photo directement avec votre APN.

Programmer une session astrophoto à l’intervallomètre

Le déclenchement d’une photo, c’est tout simple.

Maintenant, ce qui nous intéresse, c’est la programmation.

Vous allez voir, ce n’est pas compliqué non plus.
Il faut juste comprendre à quoi correspondent les réglages.

En général, un intervallomètre ressemble à ça :

intervallomètre

Il y a donc :

  • un écran
  • un gros bouton central pour déclencher les photos manuellement
  • 5 boutons centraux pour naviguer dans les menus et sélectionner des éléments
  • deux petits boutons : un pour allumer l’écran et un pour lancer/stopper la séquence

Les flèches horizontales vont vous permettre de passer d’un réglage à l’autre.

Les flèches verticales d’indiquer les réglages que vous voulez.

Et le bouton (« Set »), de valider.

Sur (ou parfois au-dessus) de l’écran, vous avez les indications des différents réglages :

  • Delay
  • Long
  • Interval
  • N

Vous allez donc pouvoir passer d’un réglage à l’autre en utilisant les flèches horizontales.
Puis indiquer les valeurs que vous souhaitez avec les flèches verticales.

Mais alors à quoi correspondent tous ces réglages ?

Les réglages d’un intervallomètre en détails

« Delay », c’est le réglage qui va permettre de choisir combien de temps l’intervallomètre attend avant de lancer la séquence.

Généralement, on le règle sur quelques secondes.
Pour avoir le temps de poser l’intervallomètre et de s’éloigner pour ne pas faire bouger le setup.

De cette manière, une fois qu’on a configuré notre séquence…
Quand on appuie sur « Start », il se passe quelques secondes avant que la première photo ne soit déclenchée.

Ensuite, « Long », c’est votre temps de pose (ou d’exposition).

Là, comme pour une astrophoto classique, c’est à vous de choisir.
En fonction de votre setup (de la qualité de votre suivi) et de l’objet que vous voulez shooter.

Par exemple, si vous voulez faire des photos de 2 minutes de pose, c’est ici que vous allez l’indiquer.

Vous pouvez régler sur plusieurs minutes, ou bien sur plusieurs secondes.

La fonction « Interval », c’est ce qui vous permet de régler le délai entre deux clichés.

Combien de temps l’intervallomètre attend-il après avoir pris une photo pour déclencher la suivante ?

Ce réglage est important pour permettre à votre APN d’avoir le temps d’enregistrer la dernière photo prise.

Si vous ne lui laissez pas quelques secondes, il ne va pas pouvoir fonctionner correctement.

Enfin, « N », c’est tout simplement pour choisir le nombre de clichés que vous voulez effectuer.

Par exemple, vous avez programmé une session de 100 clichés (N), de 30 secondes de pose (Long)…

Avec 2 secondes d’ « Interval » entre chaque cliché et un délai de 5 secondes avant le début de la séquence.

Et la note de musique (♪) vous permet de choisir si vous voulez que l’intervallomètre émette un petit bip sonore quand il prend un cliché.

Ça, c’est à vous de voir. Ça peut être pratique au début pour vérifier qu’il prend bien les photos.

Mais si vous ne restez pas à côté, ça devient vite inutile. Et sinon, ça peut au contraire devenir un peu agaçant.

Voilà pour les réglages de l’intervallomètre. Ce n’est pas plus compliqué que ça !

Juste avant de conclure, voyons rapidement comment choisir son intervallomètre.

Comment bien choisir son intervallomètre pour l’astrophoto ?

La première chose à savoir pour choisir le bon intervallomètre, c’est que le choix va dépendre de votre APN.

En effet, le connecteur n’est pas le même en fonction des marques d’APN.

Et donc il va falloir choisir un intervallomètre compatible avec le vôtre.

Aussi, si vous avez plusieurs APN différents, il existe des adaptateurs pour connecter votre intervallomètre à différents types d’APN.

Vous n’êtes donc pas forcément obligé de racheter un intervallomètre pour chaque APN.

Ensuite, y’a pas vraiment de critères particuliers pour choisir son intervallomètre.

On en trouve de très bons pour une vingtaine d’euros.

De notre côté, on a choisit ce modèle-ci, qui est très populaire et fonctionne très bien.

À noter qu’il existe aussi des intervallomètres qui fonctionnent sans fil.
Mais ils sont plus chers et c’est pas forcément utile.

Voilà, vous savez tout sur l’intervallomètre !

Vous l’avez compris, ce petit accessoire peut rapidement se révéler indispensable pour programmer ses sessions d’astrophoto.

Évidemment, il existe aussi des alternatives à l’utilisation d’un intervallomètre.

Notamment, si vous contrôlez votre setup depuis un ordinateur… Ou encore un Asiair.

Vous n’avez pas besoin d’avoir un intervallomètre en plus.

(À noter aussi que certaines montures sont équipées d’un port « Snap ».
Ce dernier permettant d’utiliser directement la raquette en tant qu’intervallomètre.)

Mais quand on débute, c’est vraiment un accessoire essentiel et qui en plus ne coûte pas très cher.

Donc si vous n’en avez pas encore… Foncez !

Et vous ? Vous utilisez déjà un intervallomètre ou allez en prendre un ?

Dites-nous tout ça dans les commentaires !

Mais surtout… N’oubliez pas de garder la tête dans les étoiles ✨

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.