Astrophotographie : tout ce que vous devez savoir pour bien débuter

L’astrophotographie est un domaine passionnant et extrêmement riche. Mais il est aussi complexe. 

Oui, pour bien débuter, vous devez connaître pas mal de choses. 

Comme : 

  • Ce qu’il est possible de photographier
  • Des notions de photo, et d’astronomie
  • Le choix et l’utilisation du matériel (APN, télescope (si besoin)…)

Pas de panique !

On va voir tout ça ensemble dans cet article. 

Je vous propose de commencer avec une question simple mais essentielle : Quel type d’astrophoto souhaitez-vous réaliser ? 

Les différents types d’astrophotographie

L’astrophotographie est vaste, il existe donc beaucoup de catégories.

Cela peut aller de la simple photo de la voûte céleste prise avec votre smartphone. Jusqu’à une superposition de clichés pris avec un télescope et une caméra (à plusieurs milliers d’euros).

Et entre les deux, il y a tout un éventail de possibilités. Que nous allons voir maintenant.

Les photos de paysage nocturne

Voici quelques exemples de photos de ciel étoilé :

Ce type d’astrophotographie est le plus simple. 

En effet, il vous suffit simplement de viser le ciel avec votre appareil photo et d’appuyer sur le déclencheur. Et hop… vous pouvez voir les étoiles apparaître sur votre photo !

Bon, en réalité, c’est pas aussi simple que ça. 

Eh oui, l’astrophotographie possède un gros défaut : le manque de lumière. 

Si vous faites déjà un peu de photo vous le savez : les clichés en basse luminosité sont les plus compliquées à prendre. 

Alors imaginez prendre des photos sans aucune autre source lumineuse que celles des objets célestes… (Voire celle de la Lune quand elle est présente.)

L’autre ennemi des astrophotographes, c’est la pollution lumineuse.

(En effet, vous ne voulez pas non plus avoir trop de luminosité. Enfin du moins pas la mauvaise : celle venant de nos villes.)

Mais… j’ai une bonne nouvelle quand même. 

Ces dernières années, les smartphones ont fait des progrès exceptionnels dans ce domaine. 

Et les derniers smartphones sont maintenant capables de prendre des photos de nuit largement potables et avec une bonne exposition.

(Même si la qualité est encore loin de ce que peut faire un « vrai » APN (appareil photo numérique), le résultat reste impressionnant pour de si petits capteurs.)

astrophotographie à l'iPhone
Photo prise avec un iPhone 12 Mini

Évidemment, le mieux reste toujours d’utiliser un réflex. Avec objectifs interchangeables. Et surtout : réglages manuels

Matériel nécessaire pour photographier la voûte céleste :

  • Un appareil photo 
  • Un trépied (pas obligatoire mais fortement conseillé)

Photographier la Voie lactée

Les astrophotographies de Voie lactée font partie des plus belles et des plus populaires. Je suis sûre que vous avez déjà dû en voir. 

Ici, la technique ressemble fortement à celle vue précédemment. 

À ceci près que… vous devez savoir où se trouve la Voie lactée pour la viser ! (En été, elle traverse le ciel du nord au sud.)

Élément important à prendre en compte :

Dès que vous photographier les étoiles pendant quelques secondes, vous allez remarquer qu’elles ne forment plus un point. 

Mais un trait. Et plus votre temps de pose est long, plus ce trait (appelé filé) sera étendu.

photo d'un filé d'étoiles
Filés d’étoiles

Ce phénomène est dû à la rotation de la Terre. 

Eh oui, même si nous le voyons pas à l’œil nu, les étoiles se déplacent rapidement dans le ciel. (Enfin en réalité, ce n’est pas elles qui bougent, mais nous qui tournons.)

Vous avez 3 moyens d’éviter ces filés :

  1. Faire un temps de pose plus court
  2. Utiliser une focale plus courte (plus la focale de votre objectif est longue, plus le filé apparaîtra rapidement)
  3. Utiliser une monture (type StarAdventurer) qui compense la rotation de la Terre

Et rappelez-vous, comme pour les astrophotos précédentes… attention à la pollution lumineuse !

Matériel nécessaire :

  • Un APN 
  • Un trépied (pas obligatoire mais fortement conseillé)

Passons maintenant au prochain type d’astrophotographie. 

Prendre la Lune en photo

La Lune est l’un des astres les plus photographié.

En effet, notre satellite étant l’objet céleste le plus proche de nous, il est assez simple de le prendre en photo… à condition d’avoir le bon matériel et les bonnes techniques.

Eh oui, si vous avez déjà essayé de prendre la Lune en photo, vous avez dû vous rendre compte d’un petit souci : elle est minuscule !

Oui, il est très difficile d’obtenir le même rendu que ce qu’on observe à l’œil nu. Et c’est frustrant de ne pas être capable de capturer le spectacle qu’elle nous offre… 

Alors comment prendre la Lune en photo

L’élément le plus important c’est votre matériel. 

Vous l’avez compris, vous avez besoin de grossir beaucoup. (Enfin pas vous, votre APN…)

Pour ça, il vous faut une longue focale (comme un téléobjectif). Ou mieux : un télescope. 

Voici par exemple un cliché que j’ai pris avec ma lunette 80ED et mon réflex Nikon D5100 : 

Photo  de la Lune au télescope
Lune – Lunette Skywatcher 80ED & Nikon D5100

Enfin, la Lune pose un autre problème : sa luminosité. 

Eh oui, si on ne s’en rend pas compte comme ça, elle est en réalité très lumineuse. Ce n’est alors pas toujours évident de la prendre bien exposée.

Matériel nécessaire pour l’astrophotographie de la Lune :

  • Un APN avec fort grossissement 
  • Un trépied (avec un zoom aussi fort, le moindre mouvement rendra votre photo floue)
  • Un télescope (pas obligatoire)

Passons maintenant à 2 catégories d’astrophotographie demandant un peu plus de matériel. 

Astrophotographie planétaire

Les planètes sont très lumineuses. Elles sont donc simples à repérer dans le ciel. 

Par contre… elles sont aussi très petites. (Encore bien plus que la Lune.)

planetes du systeme solaire

Pour les capturer, vous avez donc besoin d’un matériel avec très fort pouvoir grossissant. Eh oui, ici je parle bien d’un télescope. 

Les plus réputés dans ce domaine sont les télescopes à grande focale (> 1000 mm). Comme les Schmidt-Cassegrain ou les Maksutov-Cassegrain

Concernant la technique de photographie :

Dans ce cas, on ne prend pas un ou plusieurs clichés directement. Non, on va en réalité filmer à travers notre télescope. Puis en extraire des images. 

Sachez qu’il est aussi possible de prendre des photos à travers votre télescope, directement avec votre smartphone !

Pour ça, vous n’avez besoin que d’un petit adaptateur pour bien positionner l’objectif de votre téléphone devant l’oculaire.

adaptateur smartphone pour télescope

Voici les planètes les plus simples à photographier :

  • Jupiter
  • Saturne
  • Venus
  • Mars

Matériel nécessaire pour l’astrophotographie planétaire :

  • Un télescope (à grande focale)
  • Une monture
  • Une caméra (type CMOS par exemple)
  • Une Barlow (permet d’augmenter le grossissement, mais pas obligatoire)
  • Un logiciel de traitement

Il ne nous reste plus que la dernière catégorie… [roulement de tambours]. 

Astrophotographie du ciel profond

L’astrophotographie du ciel profond est sûrement le plus compliqué. 

Car il nécessite de bonnes connaissances en astronomie (mise en station, suivi des astres automatique…), en photographie ainsi qu’en traitement de l’image.

Mais c’est aussi l’un des domaines qui fait le plus rêver (enfin pour moi en tout cas). 

Là encore, je suis sûre que vous avez déjà dû vous émerveiller devant de magnifiques clichés de galaxies ou de nébuleuses. 

Ce genre d’astrophotographie, c’est la spécialité d’Hubble, le télescope de la NASA. 

Ce qui est fou, ce que vous pouvez prendre ces photos… vous-même !

Alors évidemment, vous n’arriverez jamais au même résultat qu’Hubble. (Mais c’est normal, parce que lui il triche. Il prend ses photos depuis l’espace…)

Mais certains astronomes amateurs réalisent des photos vraiment impressionnantes. 

Voici par exemple ma toute première photo de la nébuleuse d’Orion. 

Nébuleuse d'Orion au Télescope
Nébuleuse d’Orion – 1 seule photo retouchée – lunette 80ED et Nikon D5100

Le plus gros inconvénient de ce type d’astres (galaxies, nébuleuses, amas…), c’est qu’ils sont très peu lumineux. Vous voulez donc au maximum éviter la pollution lumineuse.

Mon conseil :

Armez-vous de beaucoup de patience. Et économisez, jusqu’à avoir au moins un millier d’euros. Vous pourrez alors acheter du bon matériel, qui ne vous décevra pas.

En tout cas, le jeu en vaut la chandelle ! 🙂

Matériel nécessaire pour l’astrophotographie du ciel profond :

  • Un télescope (focale variable en fonction des cibles)
  • Une caméra (réflex ou caméra spécialisée)
  • Une monture solide
  • Un logiciel d’empilement (ou stacking en anglais)
  • Un logiciel de traitement 

Alors comment choisir entre toutes ces catégories d’astrophotographie ? 

Le premier critère c’est bien évidemment votre envie. Ce vers quoi vous êtes le plus attiré. 

Le second, c’est le budget. 

Si vous pouvez commencer à faire quelques photos du ciel nocturne avec votre smartphone… pour pratiquer l’astrophotographie au télescope (planétaire ou ciel profond), il vous faudra débourser plusieurs centaines d’euros (au minimum). 

Réfléchissez donc bien à tout ça, avant de vous lancer.

Vous avez fait votre choix ? Super ! 

On peut passer à ce que vous devez connaître pour pratiquer l’astrophotographie. 

Connaître les bases en photo

Eh oui, c’est logique… Pour faire de l’astrophotographie, vous devez connaître les bases de la photo

Bien sûr, vous pouvez commencer sans jamais avoir touché à un APN. Mais ce n’est pas le plus évident. 

Alors que devez-vous connaître pour vous lancer ?

appareil photo réflex

Comment fonctionne un appareil photo 

Si vous n’avez pas absolument besoin de connaître votre matériel dans les détails pour commencer, avoir une idée de comment il fonctionne peut vous être utile. 

Ça vous permet d’avoir une vue d’ensemble. 

Mais le plus important c’est ça :

Temps de pose, ouverture, focale et ISO

Si vous faites de l’astrophotographie juste avec un boîtier et un objectif (sans télescope), alors vous avez 4 paramètres à prendre en compte :

  • Le temps de pose : c’est le temps pendant lequel votre APN va « poser », avant de vous donner le cliché final
  • L’ouverture : à quel point votre diaphragme est ouvert (ce qui joue aussi sur la quantité de lumière récoltée)
  • La focale : la distance entre le centre optique de votre objectif et votre capteur (c’est ce qui détermine le grossissement)
  • Les ISO : la sensibilité du capteur (joue sur l’exposition)

Si vous faites de l’astrophotographie avec un télescope (on voit ça juste après), vous n’avez pas à vous occuper de l’ouverture ni de la focale. 

Eh oui, la photo se fait au foyer du tube. C’est votre télescope qui joue le rôle d’objectif. Et sa focale et son ouverture sont fixes. 

astrophoto au foyer d'un télescope
astrophotographie au foyer du télescope

Les réglages

La théorie c’est bien, mais ce qui compte c’est surtout de savoir utiliser son matériel !

Vous devez donc savoir comment :

  • Mettre et utiliser votre appareil en manuel 
  • Régler l’exposition avec les ISO
  • Modifier le temps de pose 
  • Naviguer dans les menus… 

Si tout ça n’est pas encore clair pour vous, ne vous en faites pas. Ça va venir au fur et à mesure. 

Ne restez pas bloqué parce que vous n’avez pas toutes les connaissances. 

Ce qui compte plus que tout c’est la pratique. C’est s’entraîner. Se tromper. Et recommencer encore et encore. 

Ce qui compte, c’est votre passion. Votre envie de progresser.

Mais… ici nous ne parlons pas juste de pratiquer la photo. Mais bien l’astro-photo.

De bonnes notions en astro vous seront donc aussi utiles !

Notions d’astronomie 

L’astronomie est un domaine en lui-même. Avec ses concepts, ses techniques et ses méthodes. 

Évidemment, vous n’avez pas besoin d’autant de connaissances si vous réalisez une « simple » photographie du ciel étoilé, que si vous photographiez une nébuleuse.

Plus le sous-domaine que vous choisissez est complexe, et plus vous avez besoin d’être calé. En photo, mais aussi en astro. 

réglage du viseur polaire
Réglage du viseur polaire d’une HEQ5

Bonne nouvelle !

Vous êtes ici sur un blog d’astronomie. Vous devriez donc trouver pas mal d’informations sur ce domaine. 

Voici quelques éléments d’astro à creuser :

  • Apprendre à se repérer dans le ciel
  • Faire une mise en station
  • Installer et configurer son télescope
  • Utiliser une monture équatoriale
  • Utiliser un Viseur Polaire

Nous avons déjà réalisé un article et/ou une vidéo sur chacun de ces sujets (et bien d’autres). 

Alors n’hésitez pas à vous balader sur le blog et sur la chaîne YouTube pour découvrir tout ça !

Ok. Avoir des connaissances théoriques c’est bien. 

Mais vous n’irez pas loin si vous n’avez pas le matériel pour les mettre en pratique !

Nous allons donc maintenant voir comment choisir votre télescope pour commencer l’astrophoto (du ciel profond).

Le meilleur télescope pour débuter l’astrophotographie

Si vous souhaitez faire de l’astrophoto planétaire ou du ciel profond, alors vous avez besoin d’un télescope. 

Attention :

Un télescope pour l’astrophotographie ne se choisit pas de la même manière qu’un télescope pour l’observation. 

Eh oui, les critères ne sont pas les mêmes. 

Pour l’observation, c’est par exemple l’ouverture (qui permet de récolter beaucoup de lumière) qui est primordiale. 

Elle l’est beaucoup moins en photo, car on peut compenser par des temps de pose plus longs. 

L’élément n°1 à prendre en compte pour choisir son télescope pour l’astrophotographie, c’est son rapport F/D (= focale / diamètre). 

C’est-à-dire la rapidité de l’instrument à récolter de la lumière. 

De la même manière, on ne choisit pas le même télescope pour photographier les planètes que le ciel profond.

Voyons maintenant un exemple de télescope spécialement conçu pour la photo (du ciel profond). 

La lunette 80ED

L’astrophotographie du ciel profond se réalise généralement avec une caméra (réflex ou caméra spécialisée) au foyer du télescope. 

Vous n’utilisez donc pas d’oculaire. 

Résultat : La focale reste fixe. 

Vous obtenez donc toujours le même grossissement. Toujours la même « quantité » de portion du ciel. 

Vous devez donc connaître la dimension des astres que vous souhaitez photographier. Et choisir un télescope avec une focale correspondante. 

De manière à ce que votre objet soit bien visible dans le champ. Ni trop gros, ni trop petit.

Je vous donne mon exemple :

J’ai choisi de me concentrer sur des objets étendus du ciel profond. Tels que des nébuleuses. J’ai donc sélectionné la lunette 80ED qui possède une focale assez courte (600 mm). 

lunette skywatcher 80ED

Ainsi, je peux « zoomer » dans le ciel pour photographier des objets bien précis. Mais garder un champ suffisamment large pour faire tenir de grands objets célestes en entier. 

Et voilà, nous avons fait le tour des principaux éléments à connaître pour vous lancer dans l’astrophotographie !

J’espère que tous ces conseils pourront vous aider.

Je vous encourage vivement à creuser plus en profondeur les différents points qu’on vient de voir. (Chaque texte en bleu étant un lien vers un article complet sur le sujet.)

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une très belle découverte… et gardez la tête dans les étoiles !


Crédit de l’image d’entête : NASA.

10 réflexions au sujet de “Astrophotographie : tout ce que vous devez savoir pour bien débuter”

  1. Bonjour Laura.
    Superbe article !! J’ai appris plein de chose depuis que je te suis.
    GRAND MERCI À TOI !!!!! 👍 😉

    Répondre
  2. Bonjour Laura, tout d’abord merci pour ton investissement et ton enthousiasme à partager l’astro ensuite j’ai une question auquel tu pourrais peut-être m’apporter une réponse.
    Depuis peu je me suis mis à l’astrophoto avec un canon EOS 70D et une lunette de 500 mm de focale afinde couvrir de grands objets, je fais des poses de 30 secondes, le suivi est bon dernièrement sur IC 434 j’ai réalisé 165 poses et après empilement tout est impeccable. Mais j’ai un sérieux problème, mes images en RAW sont trop sombres et ne peuvent pratiquement pas être exploitable ou au mieux elles sont en noir et blanc. Je fais mes poses en RAW+JPEG, du coup je ne peux qu’exploiter mes photos en JPEG ce qui est dommage car elles me privent de mes DOF(que je garde précieusement pour le jour où j’aurai résolu mon problème).
    Je fais le pré traitement avec DSS et Siril, mais le résultat est le même quel que soit le logiciel utilisé, et ce n’est qu’au post traitement avec Photoshop que j’arrive difficilement à obtenir quelquechose mais en monochrome.
    Lorsque j’effectue des prises de jour en RAW pour vérifier le bon fonctionnement de mon APN, la couleur et la luminosité sont au rendez-vous. Donc il y a quelquechose qui m’échappe ou dans le fonctionnement de mon APN ou dans les logiciels de pré-traitement ou les deux à la fois.
    Si tu as des indices à me proposer je t’en serai reconnaissant.
    Je te souhaite une bonne journée.
    Cordialement, Laurent DE-ROVERE.

    Répondre
    • Hello Laurent,
      As-tu essayé de shooter que en RAW plutôt que RAW + JPEG ?
      Belle journée,
      Laura

      Répondre
  3. Bonjour Laura, merci pour ta réponse. Non je n’ai pas essayé mais dès que le temps le permettra j’essayerai, je te tiendrai au courant du résultat.
    Bonne journée,
    Laurent

    Répondre
  4. Bonjour Laura et Marion
    Super article comme toujours. La formation sur l’astropho que vous avez faites et géniale. J’ai appris plein de choses concernant les règlages et autres. Un grand merci pour votre travail et bien sûr on garde la tête dans les étoiles.

    Répondre
    • Hello Dominique,

      Merci, contente qu’il t’ait plu 🙂 ! Top !
      Avec plaisir ! Nous sommes très contentes de pouvoir t’accompagner dans ta passion au sein de l’Académie 🙂

      Belle journée à toi,
      Marion

      Répondre
  5. bonsoir lorsque je met le masque de bathinov sur ma lunette SKY-WATCHER 100ED et que je regarde sur mon écran de mon canon90d j’ai beaucoup de mal a voir les aigrettes, n’existe t-il pas une combine pour rendre l’image plus propre afin de faire le réglage même en grossissant l’image ça reste trop juste merci de me répondre jocelyn.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.